Allergies aux chats et aux chiens

Objectifs d’apprentissage:

Au terme de ce chapitre, les participants seront en mesure de:

  • Lister tous les allergènes du chat et du chien, et identifier quels sont les allergènes disponibles pour le diagnostic allergologique moléculaire
  • Expliquer les réactions croisées courantes des allergènes du chat et du chien
  • Décrire les applications du diagnostic allergologique moléculaire dans le cas d’allergie aux animaux domestiques

Allergies aux chats et aux chiens

  • Les mammifères à poils, comme les chats et les chiens, constituent une source importante d’allergènes intérieurs 1
  • En Europe, la prévalence moyenne de la sensibilisation aux chats et aux chiens est de 26,3 % et de 27,2 %, respectivement.2,3 Toutefois, la sensibilisation varie fortement en fonction du pays 3
  • En France, la prévalence était de 23 % et de 24,6 % pour les sensibilisations aux chats et aux chiens, respectivement 3
  • La sensibilisation aux animaux domestiques peut être un facteur de risque de développement de la rhinite allergique et de l’asthme4,5
  • Des réactions allergiques peuvent survenir par inhalation ou ingestion d’allergènes présents dans l’urine, le sérum, les squames et la salive des chats ou des chiens5-7
  • Toutefois, l’exposition aux allergènes des chats et des chiens ne concerne pas uniquement les personnes possédant des animaux domestiques. Du fait de leurs propriétés aérodynamiques et de leur fixation aisée aux vêtements et aux cheveux, les allergènes des animaux domestiques se répandent dans les lieux publics, exposant ainsi les individus de la population générale au risque de sensibilisation8-11

Allergènes des chats et chiens (I)5

  • Les allergènes suivants ont été identifiés chez les chats et les chiens:

Allergènes des chats et chiens (II) 5, 12-14

Réactions croisées des allergies aux chats et aux chiens (I)

  • Le chat, le chien et le cheval contiennent des allergènes à réactions croisées, ce qui rend difficile l’identification de la source primaire5
  • La plupart des allergènes des chats et des chiens appartiennent aux familles des lipocalines et des albumines sériques:
    • Les lipocalines sont caractérisées par une structure tridimensionnelle commune et une faible identité de séquence en aminoacides. Elles sont souvent synthétisées dans les glandes salivaires et sont dispersées dans l’environnement via la salive et les squames5
    • Les albumines sériques sont des molécules fortement réactives avec d’autres molécules. On les trouve souvent en quantités abondantes dans les squames et la salive5
  • Les réactions croisées peuvent survenir avec des allergènes appartenant à la même famille de protéines:

Réactions croisées des allergies aux chats et aux chiens (II)23

Diagnostic allergologique moléculaire (DAM)4

  • Les tests diagnostiques standards, notamment les dosages d’IgE spécifiques et les tests cutanés, peuvent être utilisés pour les tests de sensibilisation aux allergènes avec des extraits allergéniques de chats et de chiens.

Le DAM est également disponible et peut :

  • améliorer la spécificité du diagnostic pour des espèces individuelles
    • Par exemple, tests d’allergènes spécifiques à certaines espèces, comme Can f 1 pour les chiens
  • identifier la sensibilité spécifique aux allergènes relative à différents syndromes allergiques
    • Par exemple, utilisation de Fel d 2 ou Sus s (albumine porcine) pour identifier les patients présentant un syndrome porc-chat ou Fel d 5 (ou Alpha-GAL), associé à une anaphylaxie retardée à la viande rouge mais non associé à un asthme ou à une rhinite allergique
  • identifier des allergènes induisant une sensibilisation chez les patients mais présents en faibles quantités dans les extraits normaux
  • identifier les molécules susceptibles d’avoir une réaction croisée et présentant une pertinence clinique
    • Par exemple, Can f 6, Fel d 4

Utilisation de DAM dans le diagnostic des allergies aux chats et aux chiens

  • Les prick tests cutanés avec des extraits sont utilisés chez les patients présentant des symptômes cliniques pertinents et des antécédents médicaux et un examen médical indicatifs12; cependant, les extraits normalisés et de haute qualité ne sont souvent pas disponibles pour le diagnostic d’allergie aux animaux domestiques, en particulier dans les allergies aux chiens24, 25
    • Il est donc recommandé de réaliser le dosage d’IgE spécifiques sur l’extrait complet et d’utiliser le DAM pour tester un certain nombre d’allergènes de chien disponibles12,26
    • Chez les patients pour lesquels des allergies au chat sont suspectées, les dosages d’IgE spécifiques sur l’extrait complet ou dirigées contre Fel d 1 peuvent être utilisés de manière interchangeable12
  • Il est également recommandé d’utiliser le DAM chez les patients polysensibilisés.
    • Il est courant pour les patients d’être sensibilisés simultanément aux chats et aux chiens. Par exemple, 75% des personnes sensibilisées à un animal de compagnie ont quatorze fois plus de risques d’être sensibilisées aux autres animaux12,27
  • Chez les patients présentant un asthme sévère, le DAM peut s’avérer utile pour tenter de prédire les symptômes et la sévérité cliniques12
    • Une étude a démontré que la sensibilisation aux allergènes Can f 2, Can f 5, la polysensibilisation aux deux animaux (et aux chevaux) et la polysensibilisation aux lipocalines étaient courantes chez les patients présentant un asthme sévère28
  • Chez les femmes présentant une hypersensibilité au plasma du liquide séminal humain, le DAM peut permettre de déterminer une réaction croisée12
    • Une réaction croisée peut survenir entre Can f 5 et l’antigène spécifique de la prostate (PSA)29,30 – la sensibilisation à Can f 5 étant spécifique aux chiens mâles, la famille peut donc être en mesure de garder / d’avoir un chien5

Le diagnostic allergologique moléculaire peut-il être plus avantageux que d’autres méthodes pour étayer le diagnostic des allergies aux chats et chiens?

Résumé

  • Le chat, le chien et le cheval contiennent de nombreux allergènes à réactions croisées, ce qui rend difficile l’identification de la source principale
  • Le DAM est spécifique à l’allergène d’intérêt et peut être un outil utile chez les patients polysensibilisés à plusieurs animaux à fourrure
  • L’identification de sensibilisations à des allergènes spécifiques peut permettre de mieux comprendre les syndromes allergiques possibles chez un patient

Références

  1. Curin M, Hilger C. Allergologie Select. 2017;1(2):214–22.
  2. Liccardi G et al. Translational Medicine. 2016;14(3):9–14.
  3. Heinzerling LM et al. Allergy. 2009; 64:1498–506.
  4. Konradsen JR et al. J Allergy Clin Immunol. 2015;135:616–25.
  5. Matricardi PM et al. (Editors). Molecular Allergology User’s Guide. 2016. Zurich: European Academy of Allergy and Clinical Immunology.
  6. Anderson MC. J Allergy Clin Immunol. 1985;76:563–9.
  7. Chan SK, Leung DYM. Allergy Asthma Immunol Res. 2018;10(2):97–105.
  8. Custovic A et al. Thorax. 1998;53:33–8.
  9. Custovic A et al. Clinical and Experimental Allergy. 1998;28:53–9.
  10. Munir AKM et al. J Allergy Clin Immunol. 1993;91:1067–74.
  11. Custovic A et al. Am J Respir Crit Care Med. 1997;155(1):94–8.
  12. Dávila I et al. Allergy. 2018;73:1206–22.
  13. Smith DM, Coop CA. Ann Allergy Asthma Immunol. 2016;116:188–93.
  14. Khurana T et al. Ann Allergy Asthma Immunol. 2016;116:440-6.
  15. Kohnen HC et al. Allergy. 1997;52:179–87.
  16. Posthumus J et al. J Allergy Clin Immunol. 2013;131(3):923–5.
  17. Apostolovic D et al. Allergy. 2016;71:1490–5.
  18. Commins SP, Platts-Mills TAE. Curr Allergy Asthma Rep. 2013;13(1):72–7.
  19. Chruszcz M et al. Biochim Biophys Acta. 2013;1830(12):5375–81.
  20. Morisset M et al. Allergo J Int. 2016;25:76–81.
  21. Nilsson OB et al. Allergy. 2012;67:751–7.
  22. Jakob T et al. Allergy. 2013;68(5):690–1.
  23. Kleine-Tebbe J, Jakob T. (Editors). Molecular Allergy Diagnostics. 2015. Cham: Springer International Publishing.
  24. van der Veen MJ et al. J Allergy Clin Immunol. 1996;98(6 Pt 1):1028–34.
  25. Curin M et al. Int Arch Allergy Immunol. 2011;154:258–63.
  26. Uriarte SA, Sastre J. Allergy. 2016;71:1066–8.
  27. Liccardi G et al. J Investig Allergol Clin Immunol. 2011;21(2):137–41.
  28. Konradsen JR et al. Pediatr Allergy Immunol. 2014: 25: 187–92.
  29. Basagaña M et al. J Allergy Clin Immunol. 2008;121:233–9.
  30. Basagaña M et al. Int Arch Allergy Immunol. 2012;159:143–6.
 
PCM Scientific, 140 London Wall, London EC2Y 5DN