Lait de vache et œufs de poule

Objectifs d’apprentissage:

Au terme de ce chapitre, les participants seront en mesure de:

  • décrire les réactions croisées associées aux composants allergéniques des œufs de poule et du lait de vache
  • expliquez comment les diagnostics allergologiques moléculaires peuvent être appliqués au diagnostic des allergies au lait de vache et aux œufs de poule.

Allergies au lait de vache et aux œufs de poule

  • Le lait de vache et les œufs de poule (désignés ci-après par les termes « lait » et « œuf », respectivement) sont, dans les cuisines du monde entier, des ingrédients incontournables
  • Le lait et les œufs peuvent induire des allergies, notamment chez les nourrissons et les jeunes enfants.1,2 Toutefois, avec le temps, ces allergies peuvent disparaître.3,4
  • Chez l’enfant âgé de moins de deux ans:
    • L’incidence de l’allergie au lait était la plus élevée au Royaume-Uni (1,26%) et la plus faible en Grèce (0,00%).5
    • L’incidence de l’allergie à l’œuf était également la plus élevée au Royaume-Uni (~2 %) et la plus faible en Grèce (0,11%).6
  • L’exposition à des particules d’œuf aéroportées peut également provoquer, chez l’adulte, des allergies à l’œuf en contexte professionnel – des cas ont été rapportés chez les boulangers7 et chez des travailleurs en recherche embryologique.8
  • L’exposition à la chaleur, comme dans le cas d’une cuisson, peut réduire l’allergénicité du lait et des œufs, les rendant tolérables pour les patients présentant des allergies cliniquement pertinentes.9

Composants allergéniques dans les œufs et le lait10

  • Plusieurs composants allergéniques ont été identifiés dans les œufs et le lait:

Principaux composants allergéniques dans les œufs

  • Bien que Gal d 2 soit la protéine la plus abondante dans les blancs d’œuf,9 Gal d 1 est considéré comme l’allergène majeur.13
  • Il a été démontré que la sensibilisation au lysozyme d’œuf (Gal d 4), souvent utilisé comme un conservateur bactériolytique dans les aliments, pouvait être cliniquement pertinente.14
  • Chez l’adulte, les allergies à l’œuf peuvent être dues à la manifestation d’un « syndrome œuf-oiseau », une réactivité croisée induite par des épitopes IgE partagés de plumes de perruche ondulée, de plumes de poule et de l’alpha-livétine de jaune d’œuf.15

Principaux composants allergéniques dans le lait

  • Les caséines αS1 et αS2 de vache, chèvre et mouton partagent des séquences d’acides aminés avec un taux d’identité élevé (87-98 %) et des réactions croisées dans le laboratoire.17 Chez les patients présentant des allergies au lait de vache, plus de 90 % d’entre eux présentaient également une allergie au lait de chèvre.18
  • Bien que rares, les patients présentant des allergies au lait persistantes peuvent également réagir aux protéines d’albumine sérique présentes dans différentes viandes de mammifères. Par exemple, il a été démontré que l’albumine de sérum bovin (Bos d 6) était impliquée dans la co-sensibilisation au lait et à la viande bovine.19

Diagnostic allergologique moléculaire (DAM) dans les allergies à l’œuf

  • Les diagnostics de routine actuels pour les allergies aux œufs utilisent des tests sanguins spécifiques aux IgE ou des tests cutanés ;10 cependant, l’utilité du DAM pour élucider les allergènes spécifiques qui provoquent une réaction a été étudiée:
    • Il a été démontré que le DAM utilisant Gal d 1 (ovomucoïde) permettait de prédire une allergie à l’œuf cliniquement pertinente.20,21
    • Le DAM, utilisé pour l’allergène Gal d 4, peut s’avérer utile à la détection des IgE spécifiques dirigées contre le lysozyme chez les patients allergiques à l’œuf.14,16
    • Le diagnostic multiallergénique moléculaire, utilisé pour Gal d 1 chez les enfants résidant en Italie, a permis de mettre en évidence que les enfants avec un résultat négatif pour Gal d 1 étaient associés à une fréquence de tolérance élevée à l’œuf dur, alors que les enfants avec un résultat positif pour Gal d 1 présentaient une fréquence élevée d’allergie à l’œuf cru.22

Le DAM peut être utilisé pour soutenir le diagnostic d’allergie. Une conclusion définitive sur la pertinence clinique doit être tirée d’une histoire médicale indicative, de tests de diagnostic et, si nécessaire, d’une étude ouverte ou en double aveugle, contrôlée versus placebo avec des préparations à base d’oeufs cuits ou crus.8,16
Le DAM peut être utile pour distinguer les patients allergiques aux œufs crus ou aux œufs cuits.

DAM dans les allergies au lait

  • Les tests de routine actuel se font par des tests sanguins IgE spécifiques et des tests cutanés à base d’extrait de lait complet ;10 Cependant, l’utilité du DAM pour élucider les allergènes spécifiques qui provoquent une réaction a été étudiée:
    • Une étude, menée en Chine du Nord, a permis de démontrer que les IgE spécifiques dirigées contre Bos d 12 présentaient les performances diagnostiques les plus élevées pour les allergies au lait, alors que les IgE spécifiques dirigées contre Bos d 4 étaient associées aux performances les plus faibles. La précision du diagnostic d’allergie au lait a été améliorée grâce aux combinaisons de composants allergéniques de lait, par exemple Bos d 5 + Bos d 12.23
    • La présence de taux d’IgE élevés pour trois composants de lait (α-lactalbumine, Bos d 4 ; β-lactoglobuline, Bos d 5 ; et caséine, Bos d 8) chez des patients avant immunothérapie orale était associée à un résultat thérapeutique moins positif. Par conséquent, le DAM peut être utile lors de la sélection de patients allergiques au lait de vache en vue d’une immunothérapie.24
    • Le DAM, mesurant l’IgE spécifique de la caséine (Bos d 8), a permis de bénéficier d’une précision supérieure pour prédire une réaction au lait cuit en comparaison à la β-lactoglobuline et aux tests diagnostiques plus classiques mesurant les IgE spécifiques d’extraits de lait de vache.25

Le DAM peut être utile pour prédire quels patients sont plus susceptibles de répondre à une immunothérapie orale ou de tolérer des produits à base de lait cuit.

Le diagnostic allergologique moléculaire peut-il remplacer le test de provocation pour l’allergie au lait et aux œufs?

Résumé

  • Le DAM peut être utilisé pour distinguer les sensibilisations primaires des réactions croisées chez les patients allergiques au lait de vache et aux œufs de poule, en orientant la prise en charge appropriée.
  • Le DAM peut être utile pour déterminer si les patients sont capables de tolérer le lait ou les œufs cuits ou cuits.
  • Le DAM peut être utile pour prédire si les patients répondront à l’immunothérapie orale.

Références

  1. Hill DJ et al. Clin Rev Allergy. 1984;2(2):125–42.
  2. Savage JH et al. J Allergy Clin Immunol. 2007;120(6):1413–7.
  3. Sicherer SH et al. J Allergy Clin Immunol. 2014;133(2):492–9.
  4. Wood RA et al. J Allergy Clin Immunol. 2013;131(3):805–12.
  5. Schoemaker AA et al. Allergy. 2015;70(8):963–72.
  6. Xepapadaki P et al. Allergy. 2016;71(3):350–7.
  7. Escudero C et al. Allergy. 2003: 58(7):616–20.
  8. Jones M et al. Occupational Medicine. 2013;63:348–353.
  9. Bloom KA et al. Pediatr Allergy Immunol. 2015;25(8):740–6.
  10. Matricardi PM et al. (Editors). Molecular Allergology User’s Guide. 2016. Zurich: European Academy of Allergy and Clinical Immunology.
  11. Benhamou AH et al. Allergy. 2010;65(3):283–9.
  12. Chalamaiah M et al. Food Bioscience. 2017;18:38–45.
  13. Besler M, Mine Y. Internet Symposium on Food Allergens. 1999;1(4):137–46.
  14. Frémont S et al. Allergy. 1997:52(2):224–8.
  15. Szépfalusi Z et al. J Allergy Clin Immunol. 1994;93(5):932–42.
  16. Kleine-Tebbe J, Jakob T. (Editors). Molecular Allergy Diagnostics. 2015. Cham: Springer International Publishing.
  17. Walter SP et al. Allergy. 1997;52(3):293–8.
  18. Bellioni-Businco B et al. J Allergy Clin Immunol. 1999;103(6):1191–4.
  19. Martelli A et al. Ann Allergy Asthma Immunol. 2002;89(Suppl):38–43.
  20. D’Urbano LE et al. Clinical & Experimental Allergy. 2010;40(10):1561–70.
  21. Haneda Y et al. J Allergy Clin Immunol. 2012;129(6):1681–2.
  22. Alessandri C et al. Clinical & Experimental Allergy. 2012;42(3):441–50.
  23. Li J et al. International Immunopharmacology. 2018;61:126–31.
  24. Kuitunen M et al. Allergy. 2015;70(8):955–62.
  25. Caubet J-C et al. J Allergy Clin Immunol. 2013;131(1):222–4.
 
PCM Scientific, 140 London Wall, London EC2Y 5DN