Allergies alimentaires

Objectifs d’apprentissage

À la fin de ce chapitre, les participants seront capables de:

  • décrire le processus diagnostique d’une allergie alimentaire
  • décrire les tests de sensibilisation aux allergènes conventionnels et novateurs utilisés en allergie alimentaire
  • expliquer les usages potentiels du diagnostic allergologique moléculaire dans le cadre de la prise en charge des patients atteints d’allergies alimentaires en pratique clinique.

Allergies alimentaires

  • Les allergies alimentaires sont définies comme des « effets indésirables sur la santé résultant d’une réponse immunitaire spécifique qui survient de façon reproductible lors de l’exposition à un aliment donné ».1
  • Elles se répartissent en deux catégories:2
  • Les aliments peuvent également provoquer des réactions non immunitaires. Ces réactions correspondent à des intolérances alimentaires et peuvent souvent être confondues avec des allergies alimentaires.1,3
  • En Europe, les allergies alimentaires primaires:
    • sont fréquentes – 7 millions d’Européens souffrent d’allergie alimentaire4
    • ont une prévalence croissante5
    • sont principalement provoquées par l’arachide, les fruits à coque, le poisson, les crustacés, les œufs, le lait, le blé et le soja.6
  • Cependant, les allergies alimentaires sont souvent auto-diagnostiquées et auto-déclarées, si bien que les taux de prévalence paraissent beaucoup plus élevés que ceux confirmés par les tests diagnostiques médicaux.6

Symptômes cliniques associés aux allergies alimentaires7

  • Des symptômes sont couramment associés aux allergies aux protéines alimentaires:

Les symptômes doivent être liés à la prise des aliments.

* Anaphylaxie alimentaire induite par l’effort : affection rare caractérisée par la survenue d’une hypersensibilité IgE-dépendante au cours d’un effort physique, provoquant une anaphylaxie.

Pourquoi est-il important de poser un diagnostic correct?

  • Les allergies alimentaires peuvent provoquer une anaphylaxie et être fatales au patient.8
  • Pour éviter les restrictions alimentaires inutiles pouvant avoir des conséquences sociales, psychologiques et nutritionnelles.9,10
  • Pour identifier les allergies alimentaires IgE-médiées étant donné que les aliments peuvent provoquer des réactions à la fois IgE et non IgE-médiées.
    • Celles-ci peuvent induire des symptômes cliniques similaires tels que des éruptions cutanées eczémateuses, des diarrhées et des douleurs.11
  • Les allergies alimentaires sont liées à d’autres affections atopiques, notamment la rhinite allergique, l’asthme et la dermatite atopique.12

 

 

Quels sont les obstacles souvent rencontrés par les cliniciens lors du diagnostic d’allergies alimentaires?

Tests de diagnostic

  • Pour déterminer si les symptômes du patient sont provoqués par une maladie allergique ou par d’autres causes courantes, un test de diagnostic est recommandé.14
  • Les tests cutanés et les dosages d’IgE spécifiques ont toujours été recommandés en première ligne;14 toutefois:
    • La réalisation de tests cutanés dépend de leur disponibilité, nécessite une formation et expose à des risques, ce qui limite leur utilisation en soins primaires.15
    • Les tests in vitro (c.-à-d. IgE) ont l’avantage d’être facilement disponibles en soins primaires, de ne pas nécessiter de formation supplémentaire et de ne pas exposer le patient à un risque de réactivité.15
  • Le test de provocation orale (TPO) peut être utilisé conjointement avec l’histoire clinique et l’identification de la sensibilisation IgE pour étayer un diagnostic d’allergie alimentaire.14
    • Bien que le TPO soit considéré comme la référence en matière de diagnostic des allergies alimentaires, il n’est souvent pas réalisable car il doit être effectué dans un environnement spécialisé avec des soins d’urgence immédiatement disponibles.
  • Ces dernières années, la capacité d’identifier les allergènes au niveau moléculaire a considérablement élargi la compréhension du mécanisme de l’allergie alimentaire, et le diagnostic moléculaire devrait être ajouté à l’arsenal des tests de diagnostic.16
    • Il existe de plus en plus de preuves que l’utilisation du diagnostic moléculaire en combinaison avec les tests de sensibilisation classiques améliore les performances analytiques et diagnostiques et peut conduire à une réduction du besoin de TPO dans certains cas.

Si une allergie alimentaire est suspectée, quand le généraliste doit-il orienter le patient vers un spécialiste?

A quel moment est-il conseillé d’adresser son patient pour un test de provocation alimentaire?

Utilisation du diagnostic allergologique moléculaire dans le cadre des allergies alimentaires

  • Un échantillon sanguin est prélevé par ponction veineuse chez le patient et analysé afin de rechercher les IgE spécifiques dirigées contre les composants allergéniques alimentaires.
  • Ces analyses peuvent être effectuées au moyen de divers tests « singleplex »(un composant par échantillon) ou d’un test « multiplex » (> 100 composants par échantillon).

  • Le diagnostic allergologique moléculaire (DAM) peut être utilise pour :
    • Connaitre le profil spécifique du patient17
    • Aider à différencier les allergies alimentaires primaires, secondaires et croisées18
    • Relier les sensibilisations aux symptômes cliniques et au traitement19
    • Augmenter la précision du diagnostic lorsqu’il est utilisé en conjonction avec les tests de diagnostic traditionnels, ce qui peut potentiellement réduire le nombre de TPO.20
  • L’intérêt pour le DAM et l’orientation vers une médecine personnalisée est croissant.21
  • Le nouveau concept de diagnostic «bottom-up» permis par le DAM, c’est-à-dire «des molécules à la clinique», fournit un bilan diagnostique fiable en moins de temps que les tests conventionnels.21

Quel rôle peut jouer le diagnostic allergologique moléculaire dans le diagnostic d’une allergie alimentaire?

Points importants à prendre en compte lors de l’utilisation du DAM dans le cadre des allergies alimentaires

  • L’histoire clinique et les symptômes des patients doivent servir de base pour sélectionner les composants alimentaires les plus pertinents.
    • Cela permettra de s’assurer que leur interprétation s’inscrit bien dans le contexte de l’histoire clinique du patient et de limiter le risque de faux positifs.15
  • Comme pour les dosages des IgE spécifiques et les prick tests cutanés, un résultat positif d’IgE de composant allergénique ne signifie pas forcément sa pertinence clinique.15, 16
    • Ces résultats sont pertinents uniquement si les symptômes correspondants sont présents.

Résumé

  • Un diagnostic précis de l’allergie IgE-médiée est important en raison du risque d’anaphylaxie et pour éviter des restrictions alimentaires inutiles, qui ont des conséquences sociales, psychologiques et nutritionnelles.
  • Les tests in vitro devraient être utilisés en soins primaires pour étayer le diagnostic des allergies alimentaires induites par les IgE.
  • Le diagnostic allergologique moléculaire peut aider à différencier les allergènes primaires et secondaires et à réduire le besoin de tests de provocation orale.

Références

  1. Boyce JA et al. Nutr Res. 2011;31(1):61–75.
  2. Worm M et al. Allergo J Int. 2015; 24: 256–293.
  3. Sicherer SH, Sampson HA. J Allergy Clin Immunol. 2018;141(1):41–58.
  4. European Academy of Allergy and Clinical Immunology. https://www.eaaci.org/documents/EAACI_Advocacy_Manifesto.pdf (accessed May 2019).
  5. Loh W, Tang MLK. Int J Environ Res Public Health. 2018;15(9):2043.
  6. Nwaru BI et al. Allergy. 2014;69(8):992–1007.
  7. Akdis CA, Agache I. (Editors). Global Atlas of Allergy. 2014. Zurich: European Academy of Allergy and Clinical Immunology.
  8. Bock SA et al. J Allergy Clin Immunol. 2001;107(1):191–3.
  9. Christie L et al. J Am Diet Assoc 2002:102(11):1648–51.
  10. Shemesh E et al. Pediatrics. 2013;131(1):e10–e17.
  11. Waserman S et al. Allergy Asthma Clin Immunol. 2018;14(Suppl 2):55.
  12. Boyce JA et a. J Allergy Clin Immunol. 2010;126(60): S1–58.
  13. Royal College of Paediatrics and Child Health. https://www.rcpch.ac.uk/sites/default/files/Taking_an_Allergy_Focused_Clinical_History_-_Allergy_Care_Pathways_Project.pdf (accessed May 2018).
  14. National Institute for Health and Care Excellence. https://cks.nice.org.uk/food-allergy#!scenario (accessed May 2019).
  15. Portnoy JM. Mo Med. 2011 Sep-Oct; 108(5): 339–43.
  16. Matricardi PM et al. (Editors). Molecular Allergology User’s Guide. 2016. Zurich: European Academy of Allergy and Clinical Immunology.
  17. Valenta R et al. Clinical and Experimental Allergy. 1999;29(7):896–904.
  18. Luengo O, Cardona V. Clin Transl Allergy. 2014;4:28.
  19. Canonica GW et al. World Allergy Organ J. 2013;6(1):17.
  20. Dang TD et al. J Allergy Clin Immunol. 2012;129(4):1056–63.
  21. Mothes-Luksch N et al. World Allergy Organ J. 2018;11(1):22.
 
PCM Scientific, 140 London Wall, London EC2Y 5DN