Asthme

Objectifs d’apprentissage

À la fin de ce chapitre, les participants seront capables de:

  • rappelez-vous qu’il est important d’identifier les déclencheurs d’asthme pour une prise en charge optimale du patient
  • décrire les preuves cliniques de l’impact de la réduction de l’exposition aux allergènes sur la diminution des exacerbations chez les patients asthmatiques sensibilisés.

Asthme

  • L’asthme est une pathologie hétérogène, caractérisée par une inflammation des voies aériennes et la présence de symptômes respiratoires de sévérité et de fréquence variables1
  • Le nombre de personnes atteintes d’asthme est estimé à 70 millions dans l’UE2
  • La prédisposition génétique au développement d’une sensibilité IgE-dépendante (également appelée « atopie ») est le facteur le plus puissant associé au développement de l’asthme.3,4 Cependant, d’autres facteurs tels que les infections respiratoires virales peuvent également contribuer à l’apparition de l’asthme.4
  • Jusqu’à 90% des enfants et 60% des adultes asthmatiques ont des déclencheurs d’allergies.5,6

Déclencheurs communs de l’asthme

  • Plusieurs sources allergéniques associés à l’asthme:




Symptômes asthmatiques ne sont pas tous déclenchés par des allergies

Symptômes cliniques de l’asthme

  • Symptômes asthmatiques les plus courants:1

Tous ces symptômes respiratoires ne surviendront pas systématiquement chez tous les patients et certains peuvent également connaître d’autres symptômes, p. ex. des troubles gastro-intestinaux chez les enfants.5
Le profil de ces symptômes peut être lié à l’exposition aux allergènes.3

  • L’asthme allergique s’inscrit souvent dans ce que l’on appelle la « marche atopique » et peut apparaître chez des patients présentant déjà une dermatite atopique et une rhinite allergique.16
  • > 80 % des asthmatiques sont conjointement atteints de rhinite (allergique ou non), laquelle est souvent sous-diagnostiquée.17,18

Par conséquent, les patients atteints d’asthme allergique peuvent également présenter des symptômes d’autres affections atopiques, tels qu’une congestion nasale, un écoulement nasal persistant, une sécheresse cutanée et des symptômes liés aux aliments.19

En cas d’asthme déclencheur d’allergies, que doivent prendre en compte les médecins dans les antécédents médicaux du patient et pour le choix des tests de sensibilisation appropriés?

Diagnostic et prise en charge de l’asthme19,22

  • Après un diagnostic précis de l’asthme, l’investigation du phénotype de l’asthme inclut des preuves de sensibilisation à un allergène spécifique:

Lors du diagnostic de l’asthme induit par les allergies, quand le généraliste doit-il orienter le patient vers un allergologue?

Gestion de l’asthme

Tous les patients devraient recevoir un plan d’action écrit personnalisé en fonction de leur niveau de maîtrise de l’asthme et de leurs connaissances en matière de santé.21
Un plan d’action écrit sur l’asthme devrait inclure:

  • Les médicaments habituels du patient pour l’asthme21
  • Quand et comment augmenter les médicaments, y compris les corticostéroïdes oraux21
  • Comment accéder aux soins médicaux si les symptômes ne s’améliorent pas21
  • Allergènes et irritants individuels qui aggravent l’asthme du patient23

Pourquoi est-il important de confirmer les déclencheurs de l’asthme?

Un diagnostic d’asthme avec confirmation de l’allergène déclenchant peut permettre de proposer aux patients les stratégies thérapeutiques les plus efficaces. Cela peut impliquer l’évitement des allergènes,25 la pharmacothérapie,28 l’immunothérapie allergénique29,30 et l’éducation des patients.19 Cela permettra alors de:

  • prévenir de potentielles évolutions fatales
    • Les patients atteints d’asthme et d’allergies alimentaires sont davantage exposés au risque d’exacerbations asthmatiques sévères par comparaison avec les asthmatiques ne présentant pas d’allergie alimentaire.31
  • améliorer la qualité de vie des patients et prévenir les mesures d’évitement inutiles
    • Par exemple, les animaux de compagnie constituent un élément déclencheur fréquent de l’asthme allergique. Il peut être recommandé de se séparer de l’animal familier. Cependant, des études ont montré que cette séparation peut avoir un impact significatif sur le bien-être de l’enfant.32,33
  • réduire les coûts liés aux traitements inadaptés
    • Un test IgE spécifique précoce chez un patient présentant des problèmes respiratoires et / ou cutanés peut permettre de réduire les dépenses de santé en réduisant l’utilisation de médicaments inefficaces.34

Utilisations potentielles du diagnostic allergologique moléculaire (DAM)

  • Divers composants allergéniques associés à l’asthme sont disponibles pour le diagnostic allergologique moléculaire. Il s’agit notamment de composants allergéniques provenant des acariens domestiques, des poils d’animaux et de plusieurs types de pollens.
  • Des études ont exploré l’utilisation du diagnostic allergologique moléculaire en tant qu’outil d’aide au diagnostic et à la prise en charge de l’asthme. Pour les poils d’animaux, par exemple:
    • Le DAM a été utilisé pour explorer les schémas de sensibilisation chez les patients présentant un asthme sévère et contrôlé lié aux chats, chiens et chevaux. Il a été montré que les enfants atteints d’un asthme sévère problématique avaient des taux d’IgE plus élevés et étaient davantage susceptibles de présenter une triple sensibilisation à ces animaux.32
    • La sensibilisation au composant allergénique Fel d 1 (chat) s’est révélée être un facteur de risque d’asthme chez les enfants allergiques au chat.36
  • Le choix des composants et l’interprétation des résultats obtenus à l’aide du diagnostic allergologique moléculaire doivent toujours s’appuyer sur les tests diagnostiques réalisés précédemment, les antécédents médicaux du patient et les symptômes pertinents.20

Résumé

  • L’allergie est le déclencheur le plus courant de l’asthme.
  • Les déclencheurs allergiques courants incluent: les acariens, les chats, les chiens, les moisissures, les pollens d’arbres et d’herbacées.
  • Les tests de sensibilisation aux allergènes en soins primaires peuvent être effectués à l’aide de tests de diagnostic in vitro.
  • Des plans d’action écrits contre l’asthme, assortis de conseils sur les réductions d’exposition préalablement définies, sont recommandés pour les patients asthmatiques.
    • Les réductions d’exposition sont efficaces pour réduire les exacerbations d’asthme sévères nécessitant une hospitalisation – ceci peut être bénéfique chez les patients présentant un risque accru d’exacerbation dû à une infection virale.
    • Les stratégies de réduction de l’exposition à long terme peuvent réduire le recours aux médicaments.
  • Des allergènes déclencheurs courants dans l’asthme sont également disponibles pour les tests de dépistage de la CRD.

Référence

  1. Global Initiative for Asthma. https://ginasthma.org/wp-content/uploads/2018/04/wms-GINA-2018-report-V1.3-002.pdf [accessed May 2019].
  2. European Academy of Allergy and Clinical Immunology. https://www.eaaci.org/images/media/EAACI_Manifesto_brochure_Interactive.pdf [accessed May 2019].
  3. Ali FR. Clinical Medicine. 2011;11(4):376–80.
  4. Pawankar R, et al. (Editors). WAO White Book on Allergy. 2011. Wisconsin: World Allergy Organization.
  5. Allen-Ramey F et al. J Am Board Fam Pract. 2005;18(5):434–9.
  6. Høst A, Halken S. Allergy. 2000;55(7):600–8.
  7. Suphioglu C et al. Lancet. 1992;339(8793):569–72.
  8. D’Amato G et al. Allergy. 2007;62(1):11–6.
  9. Noertjojo K et al. J Allergy Clin Immunol. 1999(1);103:60–5.
  10. O‘Driscoll BR et al. Clin Exp Allergy. 2009;39(11):1677–83.
  11. Roberts G et al. J Allergy Clin Immunol. 2003(1);112:168–74.
  12. Sporik R et al. N Engl J Med. 1990(8);323:502–7.
  13. Do DC et al. Allergy. 2016;71(4):463–74.
  14. Bardana EJ. J Allergy Clin Immunol. 2003;111(Suppl.2):S530–9.
  15. Caffarelli C et al. Arch Dis Child. 2000;82(2):131–5.
  16. Zheng T et al. Allergy Asthma Immunol Res. 2011;3(2):67–73.
  17. Bosquet J et al. Allergy. 2008:63(Suppl. 86):8–160.
  18. Jacobs TS et al. J Allergy Clin Immunol. 2014;134(3):737–9.
  19. Bacharier LB et al. Allergy. 2008: 63(1): 5–34.
  20. Portnoy JM. Mo Med. 2011;108(5):339–43.
  21. Global Initiative for Asthma. https://ginasthma.org/wp-content/uploads/2019/04/GINA-2019-main-Pocket-Guide-wms.pdf (accessed May 2019).
  22. National Institute for Health and Care Excellence. https://cks.nice.org.uk/asthma (accessed May 2019).
  23. National Heart, Lung, and Blood Institute. https://www.nhlbi.nih.gov/health-pro/resources/lung/naci/discover/environmental-exposure.htm (accessed May 2019).
  24. Murray CS et al. Am J Respir Crit Care Med. 2017;196(2):150–8.
  25. Morgan WJ et al. N Engl J Med. 2004;351(11):1068–80.
  26. Murray CS et al. Thorax. 2006;61(5):376–82.
  27. Halken S et al. J Allergy Clin Immunol. 2003(1);111:169–76.
  28. Novartis Pharmaceuticals Ltd. https://www.medicines.org.uk/emc/product/5327/smpc (accessed May 2019).
  29. Abramson MJ et al. Cochrane Database Syst Rev. 2010;(8):CD001186.
  30. Dhami S et al. Allergy. 2017;72(12):1825–48.
  31. Liu A et al. J Allergy Clin Immunol. 2010;126(4):798–806.
  32. Coker TR et al. Arch Pediatr Adolesc Med. 2011;165(4):354–9.
  33. Konradsen JR et al. Pediatr Allergy Immunol. 2014;25(2):187–92.
  34. Zethraeus N et al. Italian Journal of Pediatrics. 2010;36:61.
  35. Smith HE et al. J Allergy Clin Immunol. 2009;123(3):646–50.
  36. Grönlund H et al. Clin Exp Allergy. 2008;38(4):1275–81.
 
PCM Scientific, 140 London Wall, London EC2Y 5DN