Dermatite atopique

Objectifs d’apprentissage

À la fin de ce chapitre, les participants seront capables de:

  • décrire la place occupée par la dermatite atopique dans la « marche atopique » chez les patients prédisposés aux allergies
  • préciser l’importance d’un diagnostic précoce et exact de la dermatite atopique chez les nourrissons et les enfants.

Dermatite atopique

  • La dermatite atopique, un type d’eczéma, est une affection cutanée inflammatoire chronique qui touche jusqu’à 20 % des enfants et 3 % des adultes à travers le monde.1
  • L’hypothèse est que les patients développant une dermatite atopique présenteraient une prédisposition génétique à la défectuosité de la barrière cutanée2 et que les dégradations supplémentaires provoquées par les facteurs environnementaux pourraient augmenter le risque de pénétration des allergènes.3
  • La dermatite atopique débute souvent dans la petite enfance et peut constituer la première étape de la « marche atopique » chez un certain nombre de patients.1
    • La marche atopique correspond aux manifestations progressives des autres affections liées aux allergies telles que les allergies alimentaires, la rhinite allergique et l’asthme chez les sujets atopiques.1,4

Déclencheurs courants de la dermatite atopique

  • Les patients sont génétiquement prédisposés à la dermatite atopique.
    • Cette prédisposition peut être le résultat de mutations acquises des protéines responsables de la préservation de la fonction de barrière de la peau.2,5 Par exemple, il a été montré que les variants avec perte de fonction de la filaggrine, une protéine impliquée dans la différenciation épidermique et la formation de la barrière cutanée, prédisposaient fortement les patients à la dermatite atopique.2,5
  • Cependant, les facteurs exogènes tels que les hormones,6,7 le climat 8 et les infections9 peuvent déclencher des poussées ou exacerber davantage la maladie.
  • Les allergies sont également un déclencheur courant de la maladie. Les allergènes les plus fréquemment impliqués dans la dermatite atopique sont:

Symptômes cliniques et caractéristiques de la dermatite atopique

Comment le généraliste doit-il mener l’examen clinique pour une dermatite atopique?

Pourquoi est-il important de poser un diagnostic correct?

  • La dermatite atopique est une maladie prévalente et la plus fréquente des affections cutanées inflammatoires chez l’enfant, qui souvent débute dans la toute petite enfance – un diagnostic incorrect ou défaillant de la dermatite atopique peut conduire à l’adoption de régimes d’éviction inutiles qui peuvent avoir un impact significatif sur la croissance et le développement physique de l’enfant.19
  • Il convient de distinguer la dermatite atopique de la dermatite séborrhéique et des autres affections cutanées pouvant ressembler à la dermatite atopique20 – c’est particulièrement important pour les nourrissons, chez lesquels l’examen clinique ne permet pas de faire la distinction entre dermatite atopique et séborrhéique.
  • Les patients et leurs familles/tuteurs souffrent souvent d’une baisse de leur qualité de vie et de l’impact psychologique et social de la maladie,21 ce que des stratégies thérapeutiques efficaces peuvent contribuer à améliorer.
  • Les nourrissons atteints d’eczéma risquent davantage de développer des allergies alimentaires IgE-médiées comparés aux autres nourrissons22 – une étude en cours évalue actuellement si un traitement prophylactique pourrait prévenir l’apparition d’allergies alimentaires chez ces patients.23

Processus de diagnostic pour l’identification des déclencheurs allergiques dans le cadre de la dermatite atopique15,24

  • Le diagnostic général de la dermatite atopique nécessite un relevé complet des antécédents médicaux et un examen clinique de la peau dans sa totalité.
  • Les déclencheurs potentiels susceptibles d’exacerber la dermatite atopique ou de provoquer des poussées doivent être recherchés si les antécédents du patient révèlent une quelconque sensibilisation IgE-dépendante.
  • Des tests cutanés et des tests sanguins spécifiques aux IgE sont recommandés pour appuyer le diagnostic de la dermatite atopique déclenchée par une allergie. Cependant, les tests cutanés sont contre-indiqués chez les patients atteints de dermatite atopique généralisée.
  • Le risque de développer d’autres maladies atopiques étant accru chez les patients atteints de dermatite atopique, les patients doivent également faire l’objet d’examens visant à rechercher une rhinite allergique et un asthme.

Tests diagnostiques pour la dermatite atopique

Principaux facteurs que le clinicien doit prendre en compte lors de la prise en charge de patients atteints de dermatite atopique:

  • Chez les patients atteints de dermatite atopique modérée à sévère, la dermatite atopique est fréquemment associée à des allergies alimentaires.26
    • Par conséquent, des tests cutanés et des tests sanguins spécifiques aux IgE peuvent être utilisés pour déterminer la sensibilisation des patients à l’allergène alimentaire, mais le test ultime «de référence» permettant de confirmer une allergie alimentaire est un test de provocation alimentaire par voie orale.27
  • Les patients atteints de dermatite atopique ont souvent des taux élevés d’IgE totales et peuvent présenter une polysensibilisation à plusieurs allergènes.28
    • Cela complique l’interprétation des tests diagnostiques car il est fréquent que les patients présentent une sensibilisation à de multiples allergènes qui, souvent, n’ont pas de pertinence clinique.
  • Les prick-tests cutanés peuvent être inadaptés chez les patients atteints de dermatite atopique.
    • Les dosages sanguins des IgE spécifiques sont préférables aux prick-tests cutanés chez les patients présentant des lésions eczémateuses sévères et utilisant des traitements antihistaminiques oraux au moment des tests.25

Quelle est l’approche diagnostique recommandée par les experts pour la dermatite atopique ?

Utilisation du diagnostic allergologique moléculaire dans le cadre de la dermatite atopique

L’utilisation du diagnostic allergologique moléculaire a été largement étudiée dans le cadre des diagnostics de dermatite atopique. Par exemple:

  • Il a été montré que le composant Gal d 1 présent dans le blanc d’œuf présentait un intérêt supérieur pour différencier la sensibilisation asymptomatique de l’allergie aux œufs dans une population d’enfants atteints de dermatite atopique modérée à sévère.29
  • Le diagnostic allergologique moléculaire a été utilisé en conjonction avec les antécédents médicaux pour sélectionner un traitement pharmacologique personnalisé chez deux patients polysensibilisés atteints de dermatite atopique sévère. Les patients ont ainsi pu réintroduire des aliments précédemment éliminés de leur régime alimentaire, tout en maintenant leurs symptômes sous contrôle.30
  • Le composant Der p 11, un allergène présent chez les acariens domestiques, a été identifié comme un allergène majeur pour les patients atteints de dermatite atopique mais s’est révélé n’être qu’un allergène mineur pour les patients souffrant de formes respiratoires de l’allergie.31

Plusieurs facteurs doivent être pris en compte lors de l’utilisation du diagnostic allergologique moléculaire chez les patients atteints de dermatite atopique. Par exemple:

  • La sélection soigneuse des composants est particulièrement importante chez les patients atteints de dermatite atopique – la polysensibilisation des patients peut donner lieu à plusieurs résultats positifs aux tests, rendant l’interprétation des résultats plus compliquée.
  • La sensibilisation à un composant allergénique ne signifie pas nécessairement que le patient est allergique à la source du composant – l’interprétation des résultats doit toujours s’appuyer sur les antécédents médicaux.32

 

Que doivent prendre en compte les généralistes lors du choix des tests de sensibilisation pour la dermatite atopique et de l’interprétation des résultats?

Résumé

  • Les symptômes de la dermatite atopique sont communs à de nombreuses autres affections cutanées; Un diagnostic incorrect ou erroné de la dermatite atopique peut entraîner une intervention inappropriée, par ex. régimes d’élimination, ce qui peut avoir un impact négatif sur le développement de l’enfant.
  • Les tests sanguins IgE spécifiques sont préférables aux tests cutanés chez les patients présentant des lésions eczémateuses sévères et utilisant des médicaments anti-histaminiques par voie orale au moment des tests.
  • Les patients atteints de dermatite atopique ont souvent des niveaux élevés d’anticorps IgE totaux et peuvent présenter une polysensibilisation à plusieurs allergènes – par conséquent, une interprétation attentive est essentielle.

Références

  1. Nutten S. Ann Nutr Metab. 2015;66(suppl 1):8–16.
  2. Palmer CAN et al. Nature Genetics. 2006;38(4):441–6.
  3. Cork MJ et al. J Allergy Clin Immunol. 2006;118(1):3–21.
  4. Spergel JM, Paller AS. J Allergy Clin Immunol. 2003;112(6):S118–27.
  5. Weidinger S et al. J Allergy Clin Immunol. 2006;118(1):214–9.
  6. Cho S et al. Ann Dermatol. 2010;22(2):180–5.
  7. Lin T-K et al. Int J Mol Sci. 2017;18(10):2131.
  8. Sargen MR et al. J Invest Dermatol. 2014;134(1):51–7.
  9. Kong HH et al. Genome Res. 2012;22(5):850–9.
  10. Werfel T et al. Allergy. 2007;62(7):723–8.
  11. Werfel T, Kapp A. Allergy. 1998;53(8):731–9.
  12. Schuttelaar MLA et al. Allergy. 2009;64(12):1758–65.
  13. Teplitsky V et al. Int J Dermatol. 2008;47(8):790–5.
  14. Fölster-Holst R at el. Clinic Cos Invest Dermatol. 2015;8:539–48.
  15. Eichenfield et al. J Am Acad Dermatol. 2014;70(2):338–51.
  16. Ong PY, Leung DYM. Clinic Rev Allerg Immunol. 2016;51(3):329–37.
  17. Ramirez FD et al. JAMA Pediatr. 2019;173(5):e190025.
  18. Thyssen JP et al. Allergy. 2018;73(1):214–20.
  19. David TJ et al. Archives of Disease in Childhood. 1984;59(4):323–5.
  20. Siegfried EC, Hebert AA. J Clin Med. 2015;4(5):884–917.
  21. Lifschitz C. Ann Nutr Metab. 2015;66(suppl 1):34–40.
  22. Martin PE. Clin Exp Allergy. 2015;45(1):255–64.
  23. Yamamoto‑Hanada K et al. Clin Transl Allergy. 2018;8(47):1–11.
  24. Werfel T et al. J Dtsch Dermatol Ges. 2016;14(1):92–105.
  25. Appropriate use of Allergy Testing in primary care. Best test. 2011:1–12.
  26. Dhar S, Srinivas SM. Indian J Dermatol. 2016;61(6):645–8.
  27. Bergmann MM. J Allergy Clin Immunol: In Practice. 2013;1(1):22–8.
  28. Broeks SA, Brand PLP. Acta Pædiatrica: 2017;106(3):485–8.
  29. Gray CL et al. Pediatric Allergy and Immunology. 2016;27(7):709–15.
  30. Fedenko et al. Pediatric Allergy and Immunology. 2016;27(letter to editor):645–659.
  31. Banerjee S et al. J Invest Dermatol. 2015;135(1):102–109.
  32. Portnoy JM. Missouri Medicine. 2011;108(5):339–43.
 
PCM Scientific, 140 London Wall, London EC2Y 5DN